Esclavage moderne : travail = tripalium

Étymologie du mot TRAVAIL : tripalium (latin populaire).

Le mot latin populaire "tripalium" (tri : trois ; palus : pieu) désignait un instrument d’immobilisation (et éventuellement de torture) à trois pieux.
Un tripalium était utilisé par les Romains de l'Antiquité pour punir les esclaves rebelles.
Le  mot "travail" désignait autrefois l’état d’une personne qui souffre (ce sens est toujours utilisé en obstétrique).

Ce même instrument servait aussi à ferrer de force les chevaux rétifs.
On appelle encore "travail" un appareil servant à immobiliser les chevaux rétifs pour les ferrer ou les soigner.

Ce vocable de travail confére ainsi à une activité un caractère pénible, de contrainte, d'assujettissement.
 Il a été étendu ensuite aux occupations nécessitant des efforts pénibles, celles des "hommes de peine", puis à toutes les activités de production.

“ Un pays bien organisé est celui où le petit nombre fait travailler le grand nombre,
est nourri par lui, et le gouverne. ”

[Voltaire, Essai sur les mœurs et l’esprit des Nations]

esclavage moderne : travail = tripalium dans réflexions SOCIÉTALES / inner_force (econologie)

Cultivate your interests with Pearltrees for Android

source : http://www.unige.ch/communication/Campus/campus102/invite.html

« Le monde du travail est en effet redevenu un lieu d’aliénation et, d’une certaine manière, c’est un monde en guerre. Aujourd’hui, de plus en plus d’individus désavouent les principes de l’organisation qui les emploie. Confrontés à des phénomènes de harcèlement ou à des modes de management délirants, les travailleurs constatent quotidiennement que les choses dysfonctionnent mais ils continuent de se lever tous les matins pour se rendre à leur travail. Leur mot d’ordre: l’adaptation et pas la rupture. Ce qui peut se concevoir. Mais l’adaptation n’a de sens que pour le meilleur. Sinon c’est l’érosion. L’ensemble de ces petites lâchetés fait qu’au lieu de s’organiser collectivement pour dire que cela suffit – donc pour jouer leur rôle de régulateur – les individus se taisent et s’efforcent de s’adapter à la situation. Résultat, dans le meilleur des cas, c’est le divan. Dans le pire, c’est la rue ou la corde. »

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 16/12/2013