L'énergie vitale

Définition, énergie vitale et respiration

L'énergie vitale est constitutive de tous les êtres vivants. C'est l'énergie fondamentale, impliquée pour tous les mouvements d'expression, de croissance, de développement tant physiques que psychiques. Elle est employée par les corps physique et psychique pour permettre l'assimilation, la régénération, l'adaptation.
Cette énergie est utilisée sciemment par les guérisseurs des traditions anciennes, les pratiquants des arts martiaux, les maîtres yogis. Elle est aussi nommée Prana, Qi ou Chi ou encore "le vital" (Srî Aurobindo).
Voyez aussi la définition bien renseignée (Wikipédia) : Qi_(spiritualité).

Quiconque prétend guérir, se défendre et élargir son champ de conscience doit d'abord comprendre certaines lois propres à l'énergie.
L'énergie vitale prodigue la vie, la guérison, l'évolution, le mouvement, le développement.
Là où nous lui permettons de se concentrer, nous lui permettons d'agir. 

Ce dernier point est primordial. L'énergie va sublimer tout ce qui la contient. Mais en négatif nous pouvons observer que là où le passage de l'énergie est bloqué, nous assistons à la violence, au dépérissement, à la maladie, à la mort. Il est important de comprendre les deux aspects de l'énergie, son existance et son absence. Là où l'énergie est concentrée nous observons le processus naturel de la vie, là où elle est détournée nous observons le processus naturel de la mort.
Cette dualité est la base de toute compréhension mystique. 

La Maladie et le culte de la mort

Les maladies sont l'expression d'un défaut d'énergie. Plus l'énergie est éparpillée, usée dans des tâches, plus elle nécessite d'être recentrée par la suite pour rétablir l'équilibre et la santé des corps.

Nous passons notre temps à compenser des déséquilibres. Nous dépensons cette énergie pour gérer notre vie et notre santé au quotidien, nos besoins vitaux, les échanges sociaux.
Si nous ne procédons pas au rééquilibrage et cela tout en continuant à user de l'énergie, sans lui laisser le temps nécessaire à son renouvellement ou pratiquer un recentrage suffisant, nous mettons en place les bases d'une spirale d'énergie descendante

En effet, l'énergie vitale assure le bon fonctionnement de nos systèmes émotionnels de défense et de protection ainsi que le système immunitaire.
Négligée, l'énergie ne circule plus dans tout le corps et n'alimente plus les fonctions essentielles à notre santé et nous sommes donc bien plus vulnérables et susceptibles de contracter et manifester diverses pathologies. 
Dans la spirale énergétique descendante et par le déséquilibre ainsi entretenu naissent les troubles et les symptomes tant physiques que psychiques : névroses diverses, maladies chroniques, dépressions, cancers, tension mentale et nerveuse, douleurs, etc.

Notons qu'il est aujourd'hui très difficile de faire le choix d'être libre et en bonne santé. La raison en est que nous sommes principalement organisés en sociétés humaines, comptant des millions d'individus, et que pour répondre à la nécessité de survivre nous utilisons une gestion globale, incertaine, massive, basée sur la notion de collectivité, que l'on nomme économie monnétaire. Et donc, la nécessité de travailler dur et inlassablement pour subvenir à nos besoins nous empêche de prendre le temps pour nous rééquilibrer et changer de mode de vie, nous nous formalisons pour répondre à des exigences extérieures plutôt que de nous inquiéter de nos besoins réels propres. 
Je ne vais pas m'attarder sur ce point car l'ensemble du site proposé par econologie est basé sur ce constat amer : notre liberté est bafouée, notre santé physique et psychique ne vaut pas mieux que les profits des entrepreneurs multinationaux, leurs lobbies et les requins financiers.

En fait, il s'agit principalement de souligner à quel point la Maladie fait partie de notre mode de vie et à quel point nous sommes encouragés à mettre de côté notre santé pour répondre à la folie du profit et de l'avidité. C'est cela que je nomme le culte de la mort. C'est notre incapacité à respecter les cycles naturels de vie et d'évolution ; par pur égoïsme et négligeance, sans considérer le mal que l'on fait en retirant d'énorme quantité d'un élément naturel pour le transformer en quelque chose d'artificiel que la nature ne pourra pas remettre dans son cycle. Nous agissons comme des vampires assoiffés, nous buvons goulument les richesses de notre planète et en la détruisant nous nous détruisons. Ainsi viennent les morts par milliers, les guerres, les épidémies, les cancers... et cela ne cessera que lorsque la majorité aura compris que sa santé physique dépend de la santé de la planète et que la santé de la planète dépend de sa santé psychique. 

La maladie est devenue une norme. A tel point que le volonté de s'en sortir en agissant à contre courant peut être très mal accueillie voire sabotée (par nos proches, nos collègues, les exigences administratives, etc). Cependant, le seul moyen de guérir en profondeur est bel et bien de prendre un virage à 180°, d'être capable de dire NON lorsque notre bonne santé (et celle de notre environnement) en dépend. Dire NON, quitte à rompre totalement avec la vie que nous avons toujours connu car une vie de maladie et de souffrance est une vie gâchée.

Si l'on comprend déjà cela, si nous avons fait notre deuil de la société et de son fonctionnement (l'idée n'étant pas d'arrêter de travailler mais de faire quelque chose qui nous permette un épanouissement et qui nous laisse du temps pour respirer) 

Les émotions, réflexes vitaux

Thème développé par Adnys sur une proposition de Econologie.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 06/04/2014