Avantages des parlementaires [vidéos] ✪

Philippe Pascot dénonce dans son livre "Pilleur d'état" les abus légaux dont abusent les élus

Philippe Pascot, auteur de "Pilleurs d'Etat", était l'invité de Jean-Jacques Bourdin, ce lundi 07/03/2016. Cet ancien adjoint à la mairie d'Evry recense, dans son ouvrage, tous les abus légaux dont bénéficient les élus. Il a travaillé 9 ans avec Manuel Valls... Interviewé par JJ Bourdin, il explique entre autre pourquoi la plupart des journalistes refusent de l'inviter.

"Je défends les élus. Mais je ne défends pas ceux qui profitent du système. Ce sont des gens qui devraient être exemplaires [...]
30% des élus ont eu affaire avec la justice [...] ce sont des gens qui votent des lois pour dire que les gens qui sont au RSA on va aller fouiller sur leur compte en banque pour voir s'il dépense plus que le RSA [...] 150 députés se sont payés une maison avec l'IRFM*, est ce qu'on est allé fouiller sur leur compte en banque ?!"

*IRFM : c'est une indemnité touchée par chaque député et chaque sénateur en France pour couvrir leurs frais de représentation. Elle ne fait l'objet d'aucun contrôle, n'est pas imposable et peut servir à couvrir tout type de dépense : habillement, restauration, achat immobilier, voyage...

  • Certains élus touchent plus de 30.000 € /mois, ils cumulent les retraites : adjoint, conseiller régional, députés... jusqu'à 5 retraites !
  • 30% des parlementaires ont eu affaire avec la justice ou le fisc
  • Plus on remonte la pyramide, plus les élus s'en mettent plein les poches
  • Il faut parfois attendre jusqu'à 15 ans pour qu'un élu soit poursuivi
  • Au nom de quoi peut-on se faire élire sans présenter un casier judiciaire vierge ?

Rémunération des parlementaires

source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Député_européen

Depuis les législatives européennes de 2009, tous les eurodéputés de l'Union européenne touchent la même indemnité.

Voici la mise à jour de leur solde en 2011 :

  • 7 956,87 € brut, soit 6 200,72 € net
  • plus 4 299 € d'indemnité de frais généraux (sans contrôle & qu'ils se doivent absolument de dépenser...)
  • une indemnité journalière de subsistance de 304 € (par jour de présence)
  • ainsi que le remboursement de leurs frais de voyage (gratuité réseau SNCF 1ère classe, quotas de déplacements aériens, mise à disposition d'un parc de véhicules automobiles)
  • Prêts d'aide au logement

Voir pour plus de détail, ainsi que les critiques : https://fr.wikipedia.org/wiki/Député_européen#Statut_financier


source : http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/04/17/les-deputes-ne-sont-jamais-a-l-assemblee-et-8-autres-cliches-sur-les-elus_4618180_4355770.html

Un député gagne 7 100 euros par mois brut en additionnant ses diverses indemnités.

Il dispose en outre (= en plus) de 5 570 euros, qui lui permettent de régler des frais divers (transport, réception,etc). Depuis quelques semaines, cette indemnité représentative de frais de mandat ne peut plus servir à acheter de l'immobilier (les précisions sur l'encadrement de l'RFM).

Enfin, il dispose de 9 604 euros brut pour rémunérer ses collaborateurs.

Un sénateur est peu ou prou à la même enseigne : 7 100 euros brut d'indemnités diverses en guise de salaire, plus une indemnité pour frais (plus élevée que celle des députés) à 6 037 euros brut. Un sénateur n'a « que » 7 500 euros pour rémunérer ses collaborateurs, moins qu'un député.

Ces rémunérations sont à n'en pas douter plus que confortables. Elles ne sont cependant pas les plus élevées en Europe : un parlementaire grec touche 8 500 euros net par mois, un Allemand, 7 688 euros, selon une enquete de MyEurop.info.

Ils ne paient rien, on leur paie tout !?

Là encore, ce n'est pas tout à fait exact. Certes, il y a bien pire situation que celle de député ou de sénateur : un parlementaire bénéficie d'avantages importants : gratuité des transports en train en première classe, forfait de voyages aériens,  remboursement de forfaits mobiles et des abonnements Internet, notamment. Ils bénéficient aussi d'un bureau à Paris. Mais « tout » n'est pas gratuit. Un député doit se loger à Paris, recruter des collaborateurs, louer des bureaux pour sa permanence en circonscription, équiper ses collègues d'ordinateurs et de téléphones.

Surtout, la carrière d'un député n'est pas forcément très longue. L'élu, qui a souvent quitté ses fonctions « civiles », devra les retrouver au terme de son mandat, s'il y parvient. Ce qui, pour un médecin, un avocat ou un entrepreneur, peut poser de réelles questions financières.

Résultat...

.

Cumul des mandats ou pas ?

 

Leur retraite

 

Immunité parlementaire

 

Frais de bouche

 

Leurs assistants parlementaires

source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Collaborateur_parlementaire

En France :

Les parlementaires, députés à l'Assemblée nationale et sénateur au Sénat, disposent d'une enveloppe mensuelle appelée crédit collaborateur permettant de rémunérer jusqu'à 5 salariés de droit privé en contrat à durée indéterminée ou à durée déterminée dans le cas d'un remplacement ou d'une mission ponctuelle.

Le collaborateur parlementaire est un salarié d'un parlementaire (577 à l'Assemblée, 348 au Sénat), d'un groupe parlementaire (une centaine pour 6 groupes à l'Assemblée), d'un président de commission (8 à l'Assemblée) ou du Cabinet du Président (13 personnes plus 17 de droit public) à l'Assemblée nationale au Sénat ou au Parlement européen.

À l'Assemblée nationale, c'est le service de la gestion financière et sociale qui gère ce crédit pour le compte de l'élu. Au Sénat, comme pour les groupes parlementaires, c'est une association de gestion qui assure l'établissement des fiches de paye et les différentes obligations liées au contrat de travail : l'AGAS (Association pour la Gestion des Assistants de Sénateurs).

Le travail du collaborateur parlementaire est extrêmement variable, notamment en fonction du profil et des attentes du parlementaire. Néanmoins, ce travail recouvre le plus souvent une fonction administrative liée à la gestion des relations en rapport avec le mandat du député, comme les responsables associatifs et politiques, les responsables économiques et syndicaux, les élus locaux, les citoyens et militants de la circonscription. Dans certains cas, cela peut se rapprocher, a minima, d'un travail de secrétariat particulier ou d'assistanat de direction : rédiger et suivre le courrier et les mail, répondre aux sollicitations téléphoniques, gérer l'agenda, etc.

De manière plus courante, le métier consiste en un travail législatif : rédaction de discours ou d'interventions politiques, rédactions de notes, travail sur les textes de loi ou encore préparation d'amendements. (!!!)

Certains collaborateurs ont une fonction plus spécifiquement liée à la communication ou aux relations avec la presse: rédiger des communiqués de presse, actualiser un site internet, écrire et suivre la réalisation du journal ou de la lettre parlementaire, animer les réseaux sociaux sur internet, etc.

Il peut y avoir aussi la coordination entre les deux aspects du travail du député: dans ses dimensions locales et/ou nationales mais aussi du conseil politique.

Le collaborateur peut également représenter le parlementaire lors de manifestations avec d'autres élus ou responsables institutionnels.

Le collaborateur peut être basé à Paris (un tiers des effectifs), en circonscription ou plus rarement effectuer des allers-retours. C'est un métier plutôt féminin (60 % de femmes pour l'Assemblée nationale selon les chiffres donnés par la Questure). Il peut être à temps partiel et travailler à la fois pour deux députés ou un député et un sénateur.

Compte tenu du degré de proximité avec l'élu et de la nécessaire discrétion du collaborateur, il est le plus souvent recruté dans l'entourage direct de l'élu, militant par exemple.

On distingue trois profils de collaborateurs parlementaires ; "le technicien", issu de grandes écoles, de facultés, d'IEP - Institut d'études politiques. Il est diplômé et parfois même sur-diplômé (deux masters ou un doctorat). "Le militant" connaît, généralement, parfaitement les réseaux politiques, partisans et médiatiques… locaux ou nationaux. Le 3e est "hybride", à l'intersection des deux autres profils. Il y a une véritable tendance à la professionnalisation avec plusieurs masters spécifiques.

[...] En 2013, il y avait 2090 collaborateurs parlementaires, dont plus de 60% de femmes.

[...] Au Parlement européen, le budget Frais d'Assistance Parlementaire est de 15 496 euros par mois (en 2007). 4 060 collaborateurs sont enregistrés au Parlement européen, dont 1 416 accrédités à Bruxelles et Strasbourg. À noter que seuls trois collaborateurs par député peuvent être accrédités ; une partie des collaborateurs en circonscription ne le sont donc pas.

[...] À l'Assemblée nationale des salaires disparates. La rémunération horaire moyenne est de 18,42 euros[2] :

    21 % des collaborateurs de députés touchent entre 460 et 1 380 euros net mensuel ;
    25 % d'entre eux entre 1 381 et 2 000 euros net mensuel ;
    43 % d'entre eux entre 2 001 et 2 900 euros net mensuel ;
    11 % gagnent plus de 2 900 euros net mensuel.

__________________________________________________________________

NB anecdotique : des collaborateurs de députés lancent le tumblr NousCollabs pour mieux se connaître entre assistants parlementaires :

Voir également l'article Qui sont les assistants parlementaires, profession sans statut ? : http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/11/20/qui-sont-les-assistants-parlementaires-profession-sans-statut_4526808_4355770.html

N'oublions pas : leur revenu annexe !

Consultez cette page intéractive, qui scrute les 500 parlementaires : http://www.integritywatch.fr

Dont est extrait ce graphique intéractif (sur la source), présentant le total* des rémunérations perçues par an pour les activités annexes prises en compte.

*Total par parlementaire, ce diagramme présente donc bien la moyenne par catégories de rémunération annexes de tous les parlementaires.
NB : Les indemnités parlementaires n’ont pas été intégrées. Attention, les montants peuvent être bruts ou nets.

Parlementaires revenus annexes - integritywatch.fr

[temporaire] De quoi comparer plus largement les statuts - ATTENTION : daté de 2007

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 10/03/2016