Les ultra-riches en croissance ✪

Aux Etats-Unis, les PDG des 500 plus grandes compagnies gagnent 331 fois le salaire moyen(article en anglais), révèle un rapport du syndicat AFL-CIO.

 

Inegale repartition des richesses

 

Ajoutons la parenthèse qui ne devrait pas en être une sur les paradis fiscaux :

« Il y a 590 milliards d'avoirs français dans les paradis fiscaux : deux fois le budget de l'État. Les 500 familles les plus riches possèdent 270 milliards. Les entreprises du CAC 40 ont versé 37 milliards de dividendes. » [Gérard Filoche http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2013/04/19/gerard-filoche-jamais-la-france-n-a-ete-aussi-riche,1127544.php ]

En 2015 : les 62 personnes les plus riches au monde possèdent autant que les 3,5 milliards les plus pauvres

source : http://www.lemonde.fr/economie-mondiale/article/2016/01/18/les-1-les-plus-riches-au-monde-possedent-plus-que-les-99-autres_4848830_1656941.html
voir communiqué Oxfam : https://www.oxfamfrance.org/communique-presse/justice-fiscale/davos-2016-62-personnes-possedent-autant-que-moitie-plus-pauvre

Le patrimoine cumulé des 1 % les plus riches du monde a dépassé l’an dernier celui des 99 % restants, selon une étude de l’ONG britannique Oxfam réalisée à l’approche du forum économique mondial de Davos (Suisse), et publiée lundi 18 janvier.

« L’écart entre la frange la plus riche et le reste de la population s’est creusé de façon spectaculaire au cours des douze derniers mois », constate l’ONG dans son étude :

« L’an dernier, Oxfam avait prédit que les 1 % posséderaient plus que le reste du monde en 2016. Cette prédiction s’est en fait réalisée dès 2015 : un an plus tôt. »

Illustration du creusement spectaculaire des inégalités ces dernières années, l’ONG a calculé que « 62 personnes possèdent autant que la moitié la plus pauvre de la population mondiale », alors que « ce chiffre était de 388 il y a cinq ans ».

Mettre fin aux paradis fiscaux

Selon l’ONG, « depuis le début du XXIe siècle, la moitié la plus pauvre de l’humanité a bénéficié de moins de 1 % de l’augmentation totale des richesses mondiales, alors que les 1 % les plus riches se sont partagé la moitié de cette hausse ».

Pour faire face à cette croissance des inégalités, Oxfam appelle notamment à mettre un terme à « l’ère des paradis fiscaux ». « Nous devons interpeller les gouvernements, entreprises et élites économiques présents à Davos pour qu’ils s’engagent à mettre fin à l’ère des paradis fiscaux qui alimentent les inégalités mondiales et empêchent des centaines de millions de personnes de sortir de la pauvreté », explique Winnie Byanyima, la directrice générale d’Oxfam International, qui sera présente à Davos.

L’an dernier, plusieurs économistes avaient contesté la méthodologie utilisée par Oxfam. L’ONG avait défendu l’instrument de mesure utilisé dans cette étude : le patrimoine net, c’est-à-dire les actifs détenus moins les dettes.

BONUS : En France, les 10% les + riches ont accaparé 54% de l'augmentation des richesses entre 2000 et 2015.

Précédement en 2013 : les 85 plus riches du monde possèdent autant que les 3,5 milliards les plus pauvres

source : http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20140120trib000810501/les-85-plus-riches-du-monde-possedent-autant-que-les-35-milliards-les-plus-pauvres.html

 

A la veille du Forum mondial de Davos (Suisse), l'ONG Oxfam publie un rapport estimant que près de la moitié des richesses mondiales sont détenues par 1% de la population, et que les inégalités continuent à se creuser.

Selon le rapport de l'ONG de lutte "contre les injustices et la pauvreté", les inégalités économiques se sont creusées rapidement dans la plupart des pays depuis le début de la crise. Ainsi, près de la moitié des richesses mondiales sont aujourd'hui détenues par 1% de la population.
 

Augmentation de la part de revenus dans 24 pays sur 26

Cette même proportion prise à l'échelle d'un pays fait dire à Oxfam que les 1% les plus riches ont augmenté leur part de revenu dans 24 des 26 pays pour lesquels des données sont disponibles entre 1980 et 2012.

En Chine, au Portugal et aux États-Unis, les 1% les plus riches ont plus que doublé leur part de revenus depuis 1980. Même dans les pays réputés plus égalitaires comme la Suède et la Norvège, la part de revenus allant aux 1% les plus riches a augmenté de plus de 50%.
 

Déréglementation et austérité

Pour expliquer ce creusement des inégalités, l'ONG pointe la dérèglementation financière, les systèmes fiscaux biaisés, l'évasion fiscale, mais également les mesures d'austérité, les politiques défavorables aux femmes et la confiscation des recettes issues du pétrole et de l'extraction minière. Le rapport indique :

Sans une véritable action pour réduire ces inégalités, les privilèges et les désavantages se transmettront de génération en génération, comme sous l'Ancien régime. Nous vivrons alors dans un monde où l'égalité des chances ne sera plus qu'un mirage.

Le Forum économique mondial, qui se tiendra cette semaine en Suisse, a identifié les disparités de revenus grandissantes comme un risque majeur pour les progrès humains.

 

 

Un pourcent des plus riches ont 46% du patrimoine mondial

* Le rapport intégral (en anglais): http://link.reuters.com/cyb73v
(Edward Taylor, Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)
 

« La richesse mondiale a augmenté de 68% ces dix dernières années pour atteindre 241.000 milliards de dollars (178.000 milliards d'euros)
et le centième de la population le plus fortuné détient 46% du patrimoine global, montre une étude publiée mercredi par Crédit Suisse.

Le patrimoine moyen a atteint 51.600 dollars par adulte mais les richesses restent très inégalement réparties, ajoute le rapport "World Wealth Report" rédigé par les analystes de la banque helvétique.

Il prévoit que la fortune mondiale devrait progresser de 40% supplémentaires d'ici 2018 pour atteindre 334.000 milliards de dollars.

Les pays les plus riches, dans lesquels le patrimoine par adulte dépasse 100.000 dollars, sont concentrés en Amérique du Nord, en Europe occidentale et parmi les nations les plus avancées de la région Asie-Pacifique et du Moyen-Orient.

Sans surprise, la Suisse se classe en tête avec un patrimoine moyen par adulte de 513.000 dollars, devant l'Australie (403.000 dollars), la Norvège (380.000) et le Luxembourg (315.000). Suivent les Etats-Unis, la Suède, la France, Singapour, la Belgique et le Danemark avec des patrimoines moyens situés entre 250.000 et 300.000 dollars.

A l'opposé, deux tiers des adultes de la planète disposent d'un patrimoine inférieur à 10.000 dollars et ne représentent que 3% de la richesse globale.

Credit Suisse précise que 98.700 personnes dans le monde disposent d'une fortune de plus de 50 millions de dollars, dont plus de la moitié aux Etats-Unis et un peu plus d'un quart en Europe.

Les "BRIC" (Brésil, Russie, Inde et Chine), les quatre principaux pays émergents, comptent chacun environ 5.800 de ces "ultra-riches", selon les estimations de l'étude.

Mais alors qu'ils ne représentaient que 5% des milliardaires du monde entier en 2000, cette proportion atteignait 19% en 2010. En Chine, le nombre de milliardaires est passé en dix ans d'un à 64, précise le rapport. »

________________________________________________

Complément Wikipédia :

« En 2011, le rapport estimait à 29,7 millions le nombre de millionnaires en dollars dans le monde et que 29 000 d'entre elles disposaient d'un patrimoine de plus de 100 millions USD (voir pyramide page 4). Force est de souligner que la France totalise à elle seule 2.6 millions de millionnaires en USD, soit presque 9% du total mondial. »

La richesse mondiale a doublé depuis 2000 (et 9 autres chiffres révoltants)

source 10/10/2013 : http://www.rue89.com/2013/10/10/richesse-monde-crise-europe-choc-deux-rapports-246485

Imprimer

De l’argent (Nick Ares/Flickr/CC)

 

« Le groupe de services financiers Crédit suisse et la Croix-Rouge viennent chacun de sortir un rapport dont la lecture conjuguée est désespérante.

Le premier (en anglais, PDF) fait un bilan statistique de la richesse mondiale. On apprend qu’elle « a plus que doublé depuis 2000, atteignant un nouveau record historique de 241 000 milliards de dollars ».

Le deuxième (en anglais, PDF) parle des « impacts humanitaires de la crise économique en Europe » (42 pays étudiés dans l’Union européenne, les Balkans, l’Europe orientale). Il constate que « le nombre de personnes dépendant des distributions de nourriture de la Croix-Rouge dans 22 des pays concernés a augmenté de 75% entre 2009 et 2012 ».

Quelques chiffres à retenir de ces deux rapports.

46% du patrimoine mondial est détenu par 1% des ménages

La richesse mondiale a crû de 4,9% entre mi-2012 et mi-2013, la période examinée par Crédit suisse, et de 68% ces dix dernières années.

Le pourcent le plus fortuné des ménages commence à 753 000 dollars (557 000 euros) et amasse 46% du patrimoine mondial – part en hausse –, tandis que les deux tiers des ménages, dont le patrimoine reste stable, ne représentent que 3% de la richesse globale.

Il faut avoir un patrimoine de 4 000 dollars (environ 3 000 euros) pour être dans la moitié la plus riche du globe, et de 75 000 dollars (55 500 euros) pour être dans la tranche des 10% les plus riches.


Pyramide de la richesse mondiale. Lecture : « 22,9% de la population mondiale a un patrimoine de 10 000 à 100 000 dollars, et représente 13,7% de la richesse mondiale. » (Crédit Suisse)

25% de travailleurs pauvres en Allemagne

Le nombre de salariés allemands ne pouvant subvenir à leurs besoins est en constante augmentation, relève la Croix-Rouge : un quart d’entre eux ont des bas salaires – le montant n’est pas précisé, mais il n’y a pas de salaire minimum en Allemagne.

Près de la moité des contrats signés en Allemagne depuis 2008 sont à court terme, sans sécurité sociale, et 1,3 million de travailleurs ne peuvent subvenir à leurs besoins.

Une étude de la Fondation Bertelsmann publiée en décembre 2012 montre que la classe moyenne est passée de 65% de la population en 1997 à 58% quinze ans plus tard :

  • 5,5 millions d’Allemands sont devenus « pauvres » ;
  • 500 000 sont devenus « riches ».

Dans toute l’Europe, « la Croix-Rouge signale un nombre important de “nouveaux pauvres”, des gens qui travaillent mais ne peuvent pas assumer leurs besoins primaires à la fin du mois et doivent choisir entre acheter de la nourriture et payer leur loyer ».

31 millions : le nombre de millionnaires en dollars

Le nombre de millionnaires en dollars n’a jamais été aussi élevé. Ils sont :

  • 14 millions aux Etats-Unis ;
  • 10 millions en Europe ;
  • 6,5 millions en Asie-Pacifique.

Parmi les près de 100 000 ultra-riches au capital supérieur à 50 millions de dollars (37 millions d’euros), la moitié environ est aux Etats-Unis. La Chine arrive loin derrière, devant l’Allemagne, le Royaume-Uni, la France et le Japon.

L’économie actuelle est propice à l’accumulation de fortune : tandis que la richesse mondiale a crû de 4,9%, le nombre de millionnaires a progressé de 6,1% et celui d’ultra-riches de plus de 10%.

5 : nombre de pays en Europe où le chômage des jeunes dépasse 50%

Bosnie, Macédoine, Serbie, Espagne, Grèce : dans tous ces pays, plus d’un jeune de 15 à 24 ans sur deux, en situation de travailler, était au chômage en 2012. Dans les trois derniers, le chiffre a explosé pendant la crise.

En Europe de l’Est, le chômage des jeunes, déjà élevé avant la crise, a atteint des niveaux alarmants. Il a doublé en Croatie, en République Tchèque, en Croatie, en Pologne et dans les Pays baltes.

Le rapport de la Croix-Rouge dénonce l’austérité qui « ajoute de la pauvreté, alors que les autres continents la réduisent avec succès ».

« Les conséquences à long terme de cette crise ne sont pas encore connues. Les problèmes engendrés se ressentiront pendant des décennies même si l’économie s’améliore dans un futur proche [...] Nous nous demandons si, en tant que continent, nous comprenons vraiment ce qui vient de nous arriver. »

7e : la position de la France dans la hiérarchie des plus gros patrimoines moyens

Grâce à la valeur de l’immobilier (parisien, surtout), le patrimoine moyen français est très élevé : 296 000 dollars, soit 219 000 euros. C’est davantage qu’en Allemagne, en Belgique ou au Royaume-Uni.

L’immobilier compte pour deux tiers de la richesse et le niveau d’endettement des ménages est en France plutôt faible (12% des actifs).

Le Crédit suisse souligne que l’inégalité financière en France est plus grande que dans la plupart des pays européens : un quart des millionnaires européens réside en France. Cependant, les ultra-riches sont plus nombreux en Allemagne, en Suisse et au Royaume-Uni.

14% de la population française sous le seuil de pauvreté

En 2011, selon l’indice d’Eurostat repris par la Croix-Rouge, le pourcentage de ménages français sous le seuil de pauvreté (moins de 60% de la richesse médiane dans le pays) s’élevait à 14%. Une hausse de 1,3 point, soit 350 000 habitants de plus, par rapport à 2008.

Malgré la crise, cet indice a baissé dans quelques pays d’Europe occidentale : Portugal (18%), Royaume-Uni (16,2%) et Autriche (5,2%). Mais ils constituent des exceptions. Commentaire de la Croix-Rouge :

« Non seulement de plus en plus de gens tombent dans la pauvreté, mais les pauvres sont de plus en plus pauvres et il semble que l’écart entre les plus riches et les plus pauvres aille croissant. Ce qui signifie que la “distance sociale” requise pour refaire partie de la société s’agrandit. »

40 : part des Chinois dans la « classe moyenne » mondiale

La Chine a, par rapport à sa population, peu de très pauvres et peu de très riches. En revanche, en rangeant la population mondiale par déciles de richesse, on s’aperçoit qu’elle constitue 40% de la classe moyenne supérieure : celle des déciles 6 à 9.


Composition régionale de la distribution de richesse en 2013. Lecture : « Il y a 25 à 30% d’Africains dans les 10% de ménages les plus pauvres du monde. » (Crédit Suisse)

L’inégalité des richesses en Chine est ainsi relativement faible comparativement au reste des puissances émergentes. Sa classe moyenne, moteur de la croissance mondiale se distingue de celle de l’Inde, quasi-inexistante et coincée entre une majorité de la population très pauvre et un nombre non négligeable d’ultra-riches.

« C’est dû à l’absence quasi-totale de fortunes héritées et à une division relativement égale des terres agricoles et de l’habitat privé. Les inégalités sont cependant en forte hausse avec l’enrichissement d’entrepreneurs et d’investisseurs », explique Crédit suisse.

40% : l’augmentation du taux de suicide en Grèce au premier semestre 2011

Selon le ministère grec de la Santé, le taux de suicide en Grèce a grandi de 40% entre janvier et mai 2011 par rapport à la même période en 2010. Les premiers effets des plans d’austérité se faisaient sentir. Le taux de suicide des femmes a plus que doublé.

Bien d’autres pays européens ont vu leur taux de suicide augmenter pendant la crise, après un long ralentissement, explique la Croix-Rouge.

« Un signe clair que le nombre de personnes souffrant de dépression et d’autres maladies mentales est en augmentation. »

Dans la plupart des pays européens, l’Etat a coupé dans les dépenses de santé pendant la crise économique, obligeant les associations à remplir de nouvelles missions.

35% de la richesse russe est détenue par 110 personnes

« La Russie a le plus gros niveau d’inégalité financière dans le monde, hormis les petits pays des Caraïbes où résident des milliardaires », souligne Crédit suisse.

Dans le monde entier, il y a un milliardaire pour 170 milliards de dollars de richesse. En Russie, le rapport tombe à un milliardaire pour 11 milliards de richesse. Les 110 milliardaires russes selon Forbes – ils étaient huit en 2000 – accumulent 35% de la richesse du pays. » »

Vidéo complémentaire illustrant cette proportion aux États-Unis

Les 100 personnes les plus riches pourraient éradiquer la pauvreté du monde s’ils le voulaient

: http://www.greenetvert.fr/2013/02/01/les-100-personnes-les-plus-riches-pourraient-eradiquer-la-pauvrete-du-monde-sils-le-voulaient/71448

« Un rapport d’Oxfam révèle qu’un quart de leurs revenus de 2012 suffiraient pour changer le monde.  En Afrique, un continent toujours durement touché par la pauvreté, le rapport a fait des vagues dans la presse et les chiffres donnent le vertige.

L’ONG Oxfam, basée à Londres, lance un pavé dans la mare avec son dernier rapport intitulé « Le coût des inégalités : comment la fortune et les revenus extrêmes sont négatifs pour tous ».

En effet, elle rapporte que les 100 personnes les plus riches du monde ont gagné la somme fabuleuse de 240 milliards de dollars en 2012. Et qu’un quart de cette somme suffirait à éradiquer la pauvreté sur la planète.

Il faut dire que ce célèbre « 0,01 % » de la population mondiale a vu ses revenus s’élever de 60 % en 20 ans. La dernière crise financière mondiale n’a pas freiné ses profits, au contraire. Ils n’ont jamais gagné autant. Difficile à croire quand des dizaines de millions de personnes doivent vivre avec 1,25 dollar par jour, soit 457 dollars par an.

 « Le système économique mondial est fait par eux et pour eux »

« A Oxfam, nous aidons au quotidien les personnes les plus pauvres du monde. Or, désormais, un des obstacles à la fin de la pauvreté extrême est en fait cette extrême richesse. » déclare Ben Phillips, un des directeurs de campagne.

« On a longtemps cru que la création de richesse pour quelques uns allait bien finir par se répercuter sur les masses – c’est trop souvent le contraire. Dans un monde où les ressources de base comme les terres et l’eau sont de plus en plus rares, on ne peut pasconcentrer l’essentiel des richesses dans les mains de quelques uns et laisser le reste du monde se partager les miettes », déclare Jeremy Hobbs, d’Oxfam.

Selon le rapport, même la politique est désormais contrôlée par les super riches. Les décisions prises « bénéficient aux quelques milliardaires et pas à la majorité des gens, même dans nos démocraties occidentales. Il est temps que nos dirigeants réforment le système ».

Le secteur du luxe a connu une croissance de 11 % depuis le début de la crise

Le rapport estime qu’environ 32 trillions de dollars sont cachés dans les paradis fiscaux, soit un tiers de la richesse qui existe au monde. Le fait de les fermer permettrait aux pouvoirs publics d’engranger 189 milliards de dollars en impôts perçus supplémentaires.

Les organisations humanitaires et les mouvements récents de protestation «  Occupy » appellent donc les dirigeants du monde à réduire les inégalités, au moins au niveau de 1990, et à réduire l’écart entre les miséreux et les richissimes.

Selon Oxfam, « cette extrême richesse n’est pas éthique et elle est aussi handicapante économiquement, corrosive politiquement, conflictuelle socialement et destructive pour l’environnement”.

Desmesures agressives de réparation

Le rapport souhaiterait que les gouvernements se décident à mettre en place quelques mesures franches :

- fermer les paradis fiscaux

- imposer les riches davantage que les pauvres

- introduire une taxe sur les grosses entreprises du monde

- augmenter les salaires en cas de bénéfices

- améliorer les investissements dans des services publics gratuits

Le problème est mondial : Au Royaume Uni, les inégalités à présent sont à des niveaux disparus depuis le XIXème siècle de Dickens. En Chine, les 10 % les plus riches rassemblent 60 % des richesses du pays, presque comme en Afrique du Sud qui est le pays les plus inégal au monde, largement plus qu’à la fin de l’Apartheid.

Dr Joy Kiiru, de l’Université de Nairobi, confirme que l’écart au Kenya est tellement gigantesque qu’il faut s’attendre à de sérieux problèmes.

Le Forum de Davos s’est terminé il y a peu de temps. Les leaders de la finance mondiale se sont rassemblé pour leur meeting annuel. Sur la table, la manière de relever l’économie mondiale et la crise de l’Euro-zone … »

 

Consultez la page suivante :

Salaires : les grands patrons n'ont jamais gagné autant (inclus détail de leurs bonus)

POUR VOIR LES GRAPHIQUES COMPLÉMENTAIRES avec détails de leurs bonus >>> OUVRIR LA Source 11-09-2013 : http://www.challenges.fr/emploi/20130911.CHA4147/salaire-et-bonus-ce-qu-ont-gagne-les-grands-patrons-en-2012.html

En hausse de 5,5%, le salaire de base des dirigeants des entreprises de plus de 100.000 salariés dans le monde a battu un nouveau record au 1er semestre 2013. Et les bonus progressent malgré la crise.

Le salaire de base des patrons de PME sont 7 fois moins élevé que celui des grands patrons. (c) Sipa

Le salaire de base des patrons de PME sont 7 fois moins élevé que celui des grands patrons. (c) Sipa
 

La rémunération des grands patrons ne connaît pas la crise. Alors que le pouvoir d'achat stagne dans la plupart des pays développés à cause d'un chômage de masse, sur les 6 premiers mois de 2013, le salaire des cadres dirigeants dans les entreprises de plus de 100.000 salariés dans le monde, hors bonus, a progressé de 5,5%, selon l'étude du cabinet Pedersen & Partners, atteignant un niveau jamais atteint jusqu'alors. 

Les dirigeants et membres de conseil d'administration de ces très grandes entreprises ont ainsi perçu en moyenne 660.000 euros de salaire "de base", soit 7 fois plus que la rémunération d'un chef d'entreprises dans une PME. La comparaison avec le salaire d'un cadre est encore plus cruelle puisque leur rémunération "fixe" est 40 fois moins élevé que celui d'un patron d'une très grande entreprise.

Une rémunération globale de 1,35 million par an

Autre enseignement de cette étude, les bonus et autres stocks options, décriés pendant la crise des subprimes aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, repartent de plus belle. Ils ont progressé de 3,4% au 1er semestre 2013 par rapport à la même période en 2012 et représentent la majorité de la rémunération globale des grands patrons. Ainsi, dans les entreprises de plus de 100.000 salariés, les dirigeants perçoivent 690.000 euros de bonus, ce qui amène leur rémunération totale à 1,35 millions d'euros brut par an.

Globalement, les grands patrons sont logés à la même enseigne qu'ils travaillent aux Etats-Unis ou en Europe de l'Ouest. Mais la répartition de la rémunération entre le fixe et le variable diffère. Dans le détail, et comme le montre le graphique ci-dessous, c'est aux Etats-Unis que les bonus et les stocks-options sont les plus importants puisqu'ils atteignent 1,151 million d'euros par an, contre 558,500 de salaire "fixe". Et alors que le Royaume-Uni est souvent proche des Etats-Unis, là, il se distingue. Il est le pays en Europe qui propose la plus faible rémunération variable: 544.100 euros de bonus et 31.200 euros de stocks-options. D'une manière générale, en Europe, les rémunérations incitatives sont trois fois moins élevées en Europe qu'aux Etats-Unis.

Rattrapage des pays émergents

Au niveau mondial, la rémunération des grands patrons dans les pays émergents restent bien en deçà de celles en Europe et aux Etats-Unis. Mais l'écart se resserre puisqu'elle progresse de 7 à 10% en moyenne dans ces pays contre 4 à 5% dans les pays occidentaux. Par ailleurs, comme le souligne Conrad Pramböck, le directeur du département conseil en rémunération chez Pedersen & Partners, "les salaires à Shanghai, Hong Kong ou Guangzhou ont atteints des niveaux similaires à ceux de l'Europe de l'Ouest alors que beaucoup d'autres régions ont des niveaux sensiblement inférieurs". 

Méthodologie : Enquête conduite par Pedersen & Partners auprès d'un échantillon de 1700 dirigeants de 330 sociétés dans 17 pays. Les cadres dirigeants visés par cette enquête sont des dirigeants et des membres du Conseil d'administration dans des sociétés internationales de plus de 129.000 salariés, un chiffre d'affaires de 40 milliards d'euros et des profits de 3.9 milliards d'euros en moyenne. »

 

 

Sur le même sujet

 

Les 0,00001% vous souhaitent une très bonne année

Les 300 plus grosses fortunes mondiales ont vu, l’an passé, leur richesse augmenter de 524 milliards de dollars.

Le milliardaire Warren Buffett et Bill Gates, le cofondateur de Microsoft, restent dans les cinq premières places du classement Bloomberg des milliardaires.

On ne prête qu’aux riches ? Ils n’en ont jamais eu aussi peu besoin. Le club des 300 personnes les plus prospères du globe s’est en effet encore enrichi de 524 milliards de dollars l’an passé (385 milliards d’euros). Il pèse désormais 3 700 milliards de dollars, soit près d’une fois et demi le produit intérieur brut de la France. Dix fois la richesse du Venezuela. Cent fois celle de la Serbie. Mille fois celle du Burkina Faso. Ou encore, trente fois l’aide publique au développement allouée en 2012 pour lutter contre la pauvreté dans le monde. La seule rente de 524 milliards tombée l’année dernière dans l’escarcelle des milliardaires qui l’étaient déjà suffirait à sortir de la pauvreté extrême les 1,2 milliard d’habitants qui survivent sur la planète avec 1,25 dollar par jour. Voilà pour les comparaisons qui racontent comment va le monde.

Jamais les milliardaires ne se sont ainsi autant gavés d’argent qu’en 2013, assure le Bloomberg’s Billionaires Index (1). La faute, notamment, à une politique monétaire expansionniste des banques centrales. Elle favorise la prise de risque des investisseurs, dope les marchés financiers, comme le S & P 500, à Wall Street, qui a bondi de 30% (les 500 sociétés cotées valent 3 700 milliards de dollars de plus qu’un an plus tôt). Et elle permet aux riches détenteurs d’actions en Bourse de s’enrichir encore plus (lire ci-contre).

Culbute. Il avait rétrogradé, le voilà à nouveau au sommet. Bill Gates retrouve la première place au détriment du magnat des télécoms mexicain, Carlos Slim. L’an passé, Gates s’est donc goinfré de 15,8 milliards pour en totaliser 78,2. Il aura juste fallu laisser prospérer son portefeuille d’actions. Comme ses 4,5% dans Microsoft, fondée en 1975, qui ont gonflé de 40%. Ou ses actifs dans la Canadian National Railway (+ 34%), dans Ecolab (+ 45%), etc. Sans parler de son fonds d’investissement Cascade qui a fait la culbute…

Ce triomphe de l’économie casino récompense évidemment ceux qui ont fait des jeux d’argent leur business. Le deuxième plus grand bénéficiaire de l’an écoulé - 14,3 milliards - s’appelle ainsi Sheldon Adelson. Le créateur de la plus grande entreprise de casinos de la planète, Las Vegas Sands, a vu sa boîte gagner 71%, dont 58% des marges viennent de Macao, qui a trusté 45 milliards de revenus l’an passé…

L’aristocratie française, ancienne ou nouvelle, figure bien au palmarès de la richesse. Au 15e rang, Liliane Bettencourt (L’Oréal) a gagné 7,3 milliards et en pèse désormais 33,4. A la 18e place, Bernard Arnault (LVMH) a récolté 3,2 milliards et en vaut 31,4. François Pinault est 46e, Serge Dassault 66e, les frères Wertheimer (Chanel) 114e et 115e, Margarita Louis-Dreyfus 187e, Xavier Niel 195e

Damned, il y a quand même quelques pertes dans cet océan indécent de prospérité. Ainsi, 70 des 300 hyper-riches boivent (un peu) la tasse. Prenez Eike Batista, ex-numéro 7 mondial en 2012. Ce cador brésilien de l’industrie extractive à l’ascension fulgurante claironnait il y a encore quatre ans que partout où il creusait, il trouvait «quelque chose». Une faillite l’a propulsé au bûcher des vanités : 30 milliards partis en fumée. Une chute à l’image d’autres oligarques, victimes du renversement d’un cycle de hausse des matières premières qu’ils croyaient sans fin. L’Ukrainien Rinat Akhmetov lâchera donc moins dans les transferts du club de foot Chakhtar Donesk : il a paumé 5,1 milliards mais ne revendra pas forcément le penthouse le plus cher au monde, à Londres, acquis pour la modique somme de 221 millions. Et Oleg Deripaska, le Russe à la tête de Rusal, ex-leader de l’aluminium qui, avant la crise, rêvait de bâtir un port de luxe pour 800 yachts s’est vu (snif, snif !) délesté de 3,8 milliards.

Perf. Il y a peu de chances que cette année inverse la tendance. «Les riches devraient devenir encore plus riches», assure le Grec-Américain John Catsimatidis, milliardaire du Parti républicain à la tête du groupe Red Apple. Pourquoi ? Parce que les banques centrales vont continuer à prêter de l’argent quasi gratuitement. «Comme les taux d’intérêt vont rester bas, les marchés d’actions vont continuer à augmenter et l’économie progressera d’au moins 2%», ajoute-t-il. Pas sûr, pour autant, que le MSCI mondial, l’indice boursier qui mesure la perf des Bourses des pays riches, qui a pris 24% l’an passé, continue à être autant déconnecté de l’économie réelle. Seule bonne nouvelle : entre le 1er et le 2 janvier, les 300 milliardaires ont perdu 17,8 milliards.

(1) Bloomberg.com/billionaires

Christian LOSSON
 
Sur le même sujet

0,5 % de la population mondiale détient 36% des richesses !

 

La pyramide mondiale des richesses. Source : Credit suisse

 Une nouvelle étude vient torpiller le discours sur la crise et le "nécessaire" effort que nous devrions fournir pour en sortir.

Le Crédit Suisse vient de publier une étude sur la richesse mondiale et sa répartition. Si personne ne peut taxer la banque helvète d'être anticapitaliste, son étude est une véritable arme contre les immenses inégalités et le gâchis humain que génère le système capitaliste !

La banque suisse estime à 194 500 000 000 000 de dollars la richesse mondiale. Environ 200 000 milliards de dollars ! Une somme qui a presque doublé depuis 2000. On est donc loin d'un appauvrissement général et d'une crise mondiale !

Les chiffres de cette étude montrent clairement les fortes inégalités de répartition des richesses dans le monde.

Une grosse moitié de l'humanité (55 %) "détient" 2 % de la richesse mondiale soit une richesse moyenne par adulte de 1 752 $, (1 031 $ par habitant, en incluant les enfants).

L'autre moitié de l'humanité, dont nous faisons partie en Occident, soit 45 % des habitants de la planète, détient 98 % des richesses mondiales. Cela représente une richesse moyenne de 85 837 $ par adulte (49 fois celle des 55 % les plus pauvres), celle par habitant de 62 078 $ (écart de 60 fois).

Mais, attention ! Il s'agit de moyennes qui cachent de fortes disparités, notamment pour "notre" catégorie.

Ainsi, 68,4% des adultes représentant quasiment les ¾ de l'humanité (72%) ont une richesse se situant en dessous de 10 000 $. Ils se partagent 4,22% de la richesse mondiale.

92% des adultes, équivalant à 93% de l'humanité ont une richesse se situant en dessous de 100 000 $. Il s'agit là de l'immense majorité de l'humanité, les gens "ordinaires" comme vous et moi, des travailleurs, salariés ou non, trimant au jour le jour pour faire vivre nos familles et économiser de quoi changer de machine à laver, de voiture ou, pour les plus "fortunés" des gens "ordinaires", de maison. Ces 93 % de l'humanité se partagent 20 % des richesses mondiales, de manière très inégalitaires par ailleurs.

Au delà, les 7 % des adultes et 8 % de l'humanité (qui détiennent plus de 100 000 $) se partagent 80 % des richesses mondiales ! Cela représente 154,2 milliers de milliards de dollars. Excusez du peu !

Mais même dans cette catégorie, les inégalités sont grandes. L'essentiel des adultes composant cette tranche ne détient pas beaucoup plus de 100 000 $ de richesses. Un beau patrimoine, sans plus.

Non, il y a mieux. Beaucoup mieux.

Les millionnaires, les" vrais riches", sont au nombre de 24 545 900. Ces millionnaires représentent 0,5% de l'humanité et drainent 36% de la richesse mondiale, soit un gros tiers. A eux seuls, ils captent 45 % (la moitié) des richesses de ceux que nous considérions riches jusque là, les 8 % au dessus de 100 000 $.

Parmi ces millionnaires, on trouve 51 500 grands riches, qui détiennent une richesse comprise entre 50 et 100 millions de dollars. Ils représentent 0,001 % de l'humanité. 1 millième de pour cent.

Il y a au dessus 26 700 super riches, entre 100 et 500 millions de dollars. 0,0005 % de l'humanité soit une dilution à 5 dix millièmes de pour cent.

Au dessus encore, 1 800 ultra riches détiennent entre 500 millions et le milliard de dollars. 0,00036 % de l'humanité soit une dilution à 3,6 cent millièmes de pour cent.

Enfin, 1 000 ultra hauts riches se situent à des niveaux de richesses dépassant le milliards de dollars. 0,0002 % de la population mondiale soit une dilution à 2 cent millièmes de pour cent de l'humanité.

En clair, la richesse de chacun des 1 000 adultes les plus riches de l'humanité est au moins 100 000 fois plus élevée que celle que détient les trois-quarts de la population mondiale ! Il s'agit de la catégorie sous 10 000 $.

Ces 1 000 adultes les plus riches sont au moins 10 000 fois fois plus riches que 92 % des adultes de la planète ! Il s'agit de ceux qui possèdent moins de 100 000 $ de richesses.

D'une certaine manière, en humanité capitaliste, la misère est massive et la richesse homéopathique !

 

Ce qu'on peut résumer par la pyramide en tête de post :

Alors, quand vous entendez parler de caisses vides pour l'Etat ou la Sécu, de manque d'argent pour la recherche médicale ou vos salaires, dites vous que cet argent qui manque, c'est celui qui va enrichir chaque jour un peu plus cette poignée de super riches.

Le capitalisme engraisse le capital et extorque les travailleurs.

Rien d'anormal donc dans cette inégalité monstrueuse entre les hommes ; c'est la nature même du système.

Tenter de réparer ces inégalités dans le cadre du capitalisme sans volonté de le renverser est impossible. C'est le constat de l'échec mondial de la social-démocratie et de sa conversion au "réalisme" libéral dans les années 80 et 90 % et qui a fait et continue de faire tant de dégâts au mouvement ouvrier en Europe comme dans le monde.

Cette répartition ne changera que si le haut de la pyramide sent que sa base est en train de s'effondrer, qu'elle se rebelle contre le système.

Mais, pour l'instant, c'est l'inverse. Le haut de la pyramide, cette minorité de super riches qui gouverne l'économie donc le monde, estime qu'elle peut accélérer cette aspiration des richesses vers elle. La crise et les politiques d'austérité, tout comme la mondialisation libérale, sont des armes pour mettre sous pression le reste de l'humanité et convaincre les hommes d'une fatalité de la misère.

Comme en Tunisie ou en Egypte, comme au Vénézuela ou en Bolivie, comme en Espagne, des exemples montrent que les peuples peuvent dire stop et changer profondément le cours de leur histoire.

Le peuple français a su le faire par le passé, en 1789, en 1936, en 1945 comme en 1968.

Rien ne dit qu'un printemps ou un été populaire n'aura pas lieu cette année ? Il serait temps.

 

 Lire aussi l'étude de infocus.credit-suisse.com source de cette pyramide mondiale des richesses

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 24/01/2016