La puissance résiliente du végétal

L'écocatalyse

L'écocatalyse, une révolution écologique et économie verte ? | Claude Grison | TEDxParisSalon

Grâce à ses innovations et notamment le principe d’Écocatalyse qu’elle a mis au point, Claude Grison permet la réhabilitation écologique de sites miniers et contribue à protéger la biodiversité tout en créant des opportunités économiques autour de la chimie verte.

Professeure à l’Université de Montpellier et Directrice du laboratoire de Chimie Bio-inspirée et Innovations Ecologiques (ChimEco), Claude Grison est à l’origine du concept et du développement de l’Ecocatalyse. Ce concept, au croisement de la Chimie verte et de l’Ingénierie Ecologique, correspond à une approche globale de l’Ecologie scientifique débouchant sur l’élaboration d’une nouvelle filière verte, associant différents partenaires publics et privés. La démarche s’appuie sur la restauration de sites industriels impactés par la pollution métallique et une valorisation chimique et économique inédite des phytotechnologies développées. Ces travaux ont été récompensés par 8 prix scientifiques dont la médaille de l’Innovation du CNRS 2014, le Prix ANR « Innovation » des Ecotechnologies 2014 et le Prix de la Recherche 2013.

Nature Invisible - Plantes Superpuissantes (Documentaire de 2013 )

De l'humilité, c'est bien ce qui nous manque face au grand pouvoir de la nature. Les plantes n’œuvrent pas dans la matière mais dans la synthèse de l'énergie des photons. N'ont elles pas compris avec le temps que la lumière est la matrice de la matière qui peut transmuter ses éléments? Nous n'avons pas ce temps dans l'état actuel des événements planétaires que nous produisons... Mais au lieu d'utiliser ces pouvoir que la nature met à notre disposition, gratuits qui plus est, nous construisons des machines et la détruisons... En effet, la clé c'est d'utiliser les plantes pour nettoyer notre environnement et nous sortir du pétrin dans lequel nous nous sommes mis comme il est si sagement dit. Mais l’arrogance qui fait croire que la technologie peut imiter et remplacer cette nature fait que nous nous fourvoyons...

Dépolluer les sols avec des plantes

La dépollution du sol par les plantes testée en France

source : http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/actu/d/pollution-depollution-sol-plantes-testee-france-60159/#xtor=AL-26

Certaines plantes peuvent extraire du sol les métaux lourds qu'il contient : c'est la phytoremédiation. Le procédé est connu mais pas si simple : il faut choisir les bons végétaux, qui accumulent ces atomes avec une efficacité étonnante. En région parisienne, une expérience menée depuis deux ans affiche un très bon bilan.

La pollution des sols est souvent due à d’anciennes industries ayant rejeté des polluants sur leur terrain d'exploitation ou à l’utilisation agricole d’engrais et de pesticides. Philippe Hubert, directeur des risques chroniques de l’Ineris, nous parle des solutions pour traiter un sol pollué.

Les plantes sauveront-elles les sols pollués ? Une collectivité de l'Oise tente l'expérience de cette méthode douce, visant à concilier reconquête environnementale et politique urbaine. La communauté d'agglomération de Creil a été la première en France, en 2013, à mettre à disposition de chercheurs de l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Inéris) près d'un millier de mètres carrés pour conduire des recherches en phytoremédiation, éventail de techniques de dépollution des sols grâce à des plantes dépolluantes. Le site choisi est celui d'une ancienne usine de camping-cars fermée dans les années 1990.

« Lorsqu'on a fait des études de sol, on a trouvé de la pollution qui venait de cette entreprise, mais aussi d'autres activités, car c'était des sols en remblai, pollués ailleurs et reversés ici », raconte Hervé Coudière, directeur général adjoint des services de la Communauté d'agglomération de Creil, en charge de l'environnement. Plantés sur 300 m2 au bord d'un rond-point, les saules des vanniers, aux frêles tiges, et les arabettes de Haller, minuscules végétaux en étoile, ne relèvent pas de la simple coquetterie paysagère : ils supportent sans ployer la pollution au zinc et au cadmium, deux métaux toxiques. « À chaque fois que les plantes refont des feuilles et des tiges, elles absorbent une partie de la pollution », explique Valérie Bert, de l'Inéris, qui mène les recherches.

Les plantes capables d'absorber les métaux lourds sont rares et font l'objet de recherches dans le monde. Ce petit arbre, de 1,5 à 8 m de hauteur, découvert en 2014 aux Philippines, a été baptisé Rinorea niccolofera car les scientifiques ont découvert son appétence pour le nickel. Ce végétal accumule le nickel dans ses feuilles jusqu'à 18 mg/g. La barre d’échelle représente 20 cm. (Voir notre article sur cet arbuste philippin). © Edwino S. Fernado, PhytoKeys, 2014, CC by 4.0
Les plantes capables d'absorber les métaux lourds sont rares et font l'objet de recherches dans le monde. Ce petit arbre, de 1,5 à 8 m de hauteur, découvert en 2014 aux Philippines, a été baptisé Rinorea niccolofera car les scientifiques ont découvert son appétence pour le nickel. Ce végétal accumule le nickel dans ses feuilles jusqu'à 18 mg/g. La barre d’échelle représente 20 cm. (Voir notre article sur cet arbuste philippin). © Edwino S. Fernado, PhytoKeys, 2014, CC by 4.0

Une dépollution intéressante pour réoccuper d'anciens sites industriels

Contrairement à d'autres plantes qui bloquent les métaux aux racines, les saules et les arabettes « facilitent l'absorption des métaux, qui montent avec la sève dans les feuilles ». C'est la fraction la plus mobile des métaux, donc la plus susceptible de souiller les nappes phréatiques ou de contaminer d'autres surfaces, qui est ainsi absorbée. D'où vient cette rarissime et précieuse propriété qui pourrait faire économiser des millions d'euros aux collectivités ? « On ne sait pas, ça pourrait être des défenses contre les herbivores, qui sentent les métaux en quantité importante et ne mangent pas la plante », avance Valérie Bert.

Les résultats sont probants après deux ans d'expérimentation. La chercheuse a constaté que les saules et les arabettes accumulaient toujours davantage de métaux : quatre fois plus de zinc que l'an dernier et deux fois plus de cadmium. La technique n'est cependant pas la panacée en dépollution pure, prévient Michel-Pierre Faucon, enseignant-chercheur en écologie végétale à l'Institut polytechnique LaSalle de Beauvais (Oise) : « Ces plantes ont de petites biomasses, donc il faudrait des centaines d'années pour phytoextraire la pollution de sols très contaminés. Cela fonctionne quand la pollution est moyennement intense, et sur de petites surfaces les sols sont souvent excavés et traités à part », ajoute-t-il pour relativiser le rôle que jouera à l'avenir la phytoextraction dans la dépollution.

Ce panneau d'information détaille le programme expérimental mis en place par l'Inéris à Creil, dans l'Oise. © Denis Charlet, AFP
Ce panneau d'information détaille le programme expérimental mis en place par l'Inéris à Creil, dans l'Oise. © Denis Charlet, AFP

Les métaux capturés peuvent être recyclés

Pour autant, son faible coût et son intérêt pour l'aménagement paysager pourraient lui assurer une place au soleil des politiques publiques, dans la mouvance actuelle des écoquartiers. « L'un des enjeux de l'agglomération est de reconquérir son foncier pour réaménager la ville, construire des logements, remettre de l'activité économique, témoigne Hervé Coudière. Les phytotechnologies sont une des solutions pour maîtriser les coûts de dépollution qui autrement sont très élevés ».

La phytoextraction s'inscrit aussi dans l'économie circulaire. Les métaux stockés dans les feuilles et tiges des végétaux peuvent en effet être réemployés en « écocatalyseurs dans les procédés pharmaceutiques et chimiques », selon Valérie Bert. On travaille alors « sur la filière globale : les plantes deviennent une matière première enrichie en zinc ou cadmium ». « C'est le même principe que la valorisation et le recyclage des déchets, sauf qu'il s'agit là de sols pollués », résume Michel-Pierre Faucon. Valérie Bert assure être d'ores et déjà sollicitée par plusieurs villes intéressées par le procédé. Certes, « ce n'est qu'une solution parmi d'autres », concède-t-elle. Mais pour la chercheuse, « on résout la question environnementale grâce à la diversification des méthodes plutôt que par une seule solution miracle ».

Le saule des vanniers est une plante dépolluante. À Creil, la communauté d'agglomération s'en sert pour dépolluer les sols. Cela s'appelle la phytoremédiation. © Willow, Wikimedia Commons, CC by-sa 2.5
Le saule des vanniers est une plante dépolluante. À Creil, la communauté d'agglomération s'en sert pour dépolluer les sols. Cela s'appelle la phytoremédiation. © Willow, Wikimedia Commons, CC by-sa 2.5

Emmanuel Druon, président de Pocheco, usine de fabrication d'enveloppes dans le Nord de la France, explique comment son entreprise a mis en place des "écolonomies", c'est-à-dire faire des économies en travaillant de façon écologique. Un devoir de citoyen selon lui et un exemple pour de nombreuses entreprises.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 11/01/2016